Rechercher :

Téléchargement

Plaquette SOLAAL
[365.1 ko]
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Rubriques

+ Vous êtes ici : Accueil du site > ACTUALITES > Interview de Hugues Sibille, président de l’ESS

Interview de Hugues Sibille, président de l’ESS

Interview de Hugues SIBILLE, Président du laboratoire de l’économie sociale et solidaire (ESS) pour SOLAAL, association qui facilite le lien entre les donateurs des filières agricole et alimentaire et les associations d’aide alimentaire.

Quel panorama dressez-vous de l’ESS en France ?

Hugues Sibille : L’ESS se porte plutôt bien. La société française exprime aujourd’hui un désir d’ESS, pour de nouvelles solutions, ce qui n’était pas le cas il y a dix ans. Sa notoriété a considérablement progressé, en particulier chez les jeunes qui s’intéressent de plus en plus à elle. Le webzine Say YESS (www.say-yess.com) le démontre avec plus de 600 000 visiteurs uniques. Deux jeunes diplômés sur trois sortant de grandes écoles disent être prêts à travailler dans l’ESS. L’ESS dispose également d’une loi cadre, celle du 31 Juillet 2014, de bonne qualité, avec 87 articles qui précisent son périmètre et donnent un cadre institutionnel pertinent pour agir. L’ESS est aussi économiquement puissante dans de nombreux secteurs comme le médico-social, l’économie circulaire, la coopération agricole, la finance solidaire, les banques coopératives, la mutualité santé, … Participant d’une nouvelle économie de proximité, elle est enracinée sur les territoires où elle entreprend beaucoup. On la retrouve dans les circuits courts, les monnaies locales, les coopératives d’activité et d’emploi, l’habitat participatif, les initiatives intergénérationnelles, etc. Elle est à la pointe de l’innovation sociale. De plus en plus, elle sait aussi s’allier avec d’autres, passer des partenariats avec les entreprises conventionnelles, les collectivités locales, les universités. C’est l’exemple des pôles territoriaux de coopération économique (PTCE).

Quelles sont vos préoccupations sur l’évolution de l’ESS en France ?

La première préoccupation est le changement d’échelle. Comment faire pour passer de 10 à 20 % du PNB et surtout, grâce à cela, transformer notre modèle de développement, à bout de souffle. Il faut impulser de véritables stratégies de filières et de territoires, améliorer l’écosystème, coupler financements et accompagnement. Par exemple, je suis soucieux que l’ESS ne se fasse pas distancer par les entreprises de capitaux dans l’économie collaborative, comme on le voit avec les Airbnb ou Blablacar. Il ne faudrait pas se réveiller trop tard. Ma seconde préoccupation est que nous gagnions la bataille des idées auprès des dirigeants. Ce n’est pas encore le cas. Les économistes, les politiques, les syndicalistes, … ne nous prennent pas assez au sérieux. Ma troisième préoccupation vise à ce que les pouvoirs publics, tant français qu’européens, maintiennent dans la durée une politique publique de soutien à l’ESS. Après les présidentielles, quel que soit le résultat, il faudrait maintenir un ministère en charge de l’ESS, faire vivre et actualiser la Loi. De même pour la Commission européenne qui n’est pas assez engagée aujourd’hui sur l’ESS.

Comment situez-vous SOLAAL dans ce panorama ?

Je la situe dans la partie innovante, qui invente une nouvelle économie du partage reposant sur les principes de l’ESS : transparence, lien social, proximité, équité, …dans un secteur alimentaire où existe une longue tradition de coopération. L’ESS est largement présente dans ce champ alimentaire avec des réussites comme les Amap, les Jardins de Cocagne, Biocoop, les épiceries solidaires. Il faut poursuivre, mettre en cohérence toutes ces belles initiatives et leur permettre de changer d’échelle. SOLAAL peut y jouer un beau rôle.

Lire l’interview sur le site de SOLAAL

> En mai, Bruxelles fête ses marchés

Plus de 40 marchés belges participeront en mai à la campagne internationale « J’aime mon marché », coordonnée au niveau national par le Marché Matinal de Bruxelles (Mabru) et les ETS Charve.


> Lire la suite

> La Fédération des Marchés de gros de France devient membre du Réseau National pour un Projet Alimentaire Territorial (RnPAT)

La Fédération des Marchés de gros de France devient membre du Réseau National pour un Projet Alimentaire Territorial (RnPAT) co-construit et partagé.


> Lire la suite

> Le groupement LUMIN’TOULOUSE a été retenu pour moderniser le marché de gros

Toulouse Métropole fait confiance au projet du groupement LUMIN’TOULOUSE qui permettra d’investir 46,5 M€ pour moderniser le marché de gros et développer la logistique urbaine. Le projet a pour objectif principal de faire du site le hub incontournable de la logistique et de l’approvisionnement en produits frais de la région Occitanie.


> Lire la suite

Qui sommes nous ?

FFMIN

Nos Adhérents

Presse

  • Téléchargements,
    communiqués de presse...
    en savoir +

Contacts

  • Téléphone, Fax, mails, coordonnées
    tout ce qu'il vous faut pour nous joindre...

    en savoir +